Vous êtes ici : Accueil / Un savoir faire familial

Un savoir faire familial

« Les fines liqueurs, c’est comme les fins gueuletons, ça se mijote » disait jadis un prince de la gastronomie.

Cet adage, la Distillerie GIRARDOT le met en application depuis plus d’un siècle.

Au milieu 19ème Monsieur Alfred Romand travaille avec son beau frère Constant Girardot dans la distillerie familiale francomtoise de Dôle dirigée par son beau père M. Morel.

De leur savoir faire, naissent, des crèmes, des liqueurs, des eaux de vie de nombreuses fois primées aux concours ainsi que des eaux de Cologne, des parfums.

A la fin du 19ème Constant Girardot et Alfred Romand quittent la distillerie familiale du Jura et crée à Romorantin la Distillerie Romand et Girardot. Ils eurent pour règle dès le début d’élaborer des produits de très haute qualité.
Le premier de ces produits fut la liqueur de fraise et ensuite, au fil des années, la gamme s’est élargie pour compter maintenant 20 spécialités.

Lorsque Monsieur Henri-Gaston GIRARDOT, le fils du fondateur, pris la direction de l’entreprise à son retour de la guerre 1914-1918, il diversifia la production et fit construire les bâtiments à Chissay en Touraine où il transféra la Maison familiale en 1926.
La distillerie devient alors La Distillerie Girardot du fait du décès d’Alfred Romand.

Elle prend aussi le nom de Distillerie Fraise Or du nom de la liqueur fétiche qui a fait la renommée de la maison.

Alors Henri-Gaston a eu une idée de précurseur : pendant la belle saison ouvrir les portes aux touristes qui déjà s’intéressaient à Chenonceau. Et par une visite guidée des caves et de la Distillerie, expliquer aussi clairement que possible les procédés de fabrications des «Maistres distillateur liquoriste».

En 1968, au décès d’Henri-Gaston, sa femme Suzanne dirige la société aidée de son fils Henri-jacques qui prend la tête de la société en 1976.

En 1997, Henri-Pierre Girardot, arrière petit fils du fondateur, entre dans l’entreprise familiale en temps que maître de chais. Il en devient Président Directeur Général en 2001.

Les méthodes de fabrication sont restée les mêmes :
Des fruits frais (fraises, framboises, cerises, cassis, mûres, pêche de vigne) de premier choix, de première qualité, soigneusement sélectionnés parmi les meilleures variétés, en provenance de producteurs locaux, sont approvisionnés à leur pleine maturité pour être mis en macération dans l’alcool neutre extra fin. Une longue macération dans des fûts de chêne, dans le calme des caves de Tuffeau, à l’abri des amplitudes de température, donnera au bout de 6 à 8 mois le jus vierge qui sera la base de la liqueur, dont l’élaboration sera terminée après une addition de sirop de sucre
C’est ainsi que naissent la FRAISE OR, la CREME DE FRAMBOISE, la CREME DE CASSIS, la CREME DE MURE, la CREME DE CERISE, la CREME DE PECHE DE VIGNE, la LIQUEUR DE FRAMBOISE, le COCKTAIL CHENONCEAU, et l’AMBACIA, subtil mélange de fruits rouges, à consommer nature en digestif ou au moment de l’apéritif, en mélange avec du vin « tranquille » ou un vin brut effervescent du Val de Loire.
Mais ce procédé par macération n’est pas suffisant pour transmettre tout le goût, tout l’arôme, lorsqu’il s’agit de préparer une liqueur à partir d’éléments secs (des graines, des plantes, des écorces par exemple). C’est alors qu’intervient la distillation.

Ces éléments secs dont on veut tirer tout l’arôme sont mis dans les alambics en présence d’alcool extra neutre pour une macération à froid de quelques jours. Ensuite, par la chauffe, la distillation proprement dite va porter le liquide à ébullition, les vapeurs alcooliques vont se dégager, entraînant avec elles toute les saveurs des éléments de base, puis passer par le col de cygne et le serpentin du refroidisseur pour se condenser en un liquide à forte concentration alcoolique qui renfermera tous les principes aromatiques.

C’est « l’esprit » qui servira de base à la liqueur. Une addition de sirop de sucre (en plus ou moins grande quantité) puis un complément d’alcool apporté par de l’alcool surfin et pour certaines liqueurs par du cognac termineront la liqueur, qui après filtrage sera stockée en fut avant d’être mise en bouteilles.


Ainsi des écorces se trouvent transformées en LIQUEUR D’ORANGE en CREME ou en LIQUEUR DE MANDARINE, de fines noisettes grillées en LIQUEUR DE NOISETTE avec les feuilles nous faisons une MENTHE POIVREE sans oublier avec les pétales la très surprenante LIQUEUR DE ROSE.
Deux eaux de vie complétant cette gamme : Une EAU DE VIE DE POIRE WILLIAMS et une EAU DE VIE DE PRUNE REINE CLAUDE.

De Pâques à fin septembre, la visite guidée de l’établissement complétée par la dégustation des différentes spécialités, intéresse chaque année les visiteurs qui trouvent ainsi une originale « pause gastronomique » au pays des châteaux.
Un magasin de vente au détail permet aux visiteurs d’acheter les produits qu’ils ont aimés après avoir apprécié la fraîcheur de la cave et la chaleur de l’accueil. L’entreprise s’est toujours adressée à une clientèle de gourmets ayant fins palais, privilégiant la discrétion, aux tapages publicitaires, et la qualité ainsi que la modération à la quantité. Nos produits sont également commercialisés par l’intermédiaire des magasins spécialisés, caves, épiceries fines, et dans les bons restaurants recherchant des spiritueux de haute qualité.